Le code de la route, d’hier à aujourd’hui

En France, le code de la route a été créé officiellement en date du 27 mai 1921. Pourtant, il faut savoir qu’une réglementation routière existait déjà par le passé, depuis l’époque de Napoléon Bonaparte. Petit retour sur l’histoire du code, depuis les premières règles de circulation jusqu’au permis à point.

De Napoléon jusqu’au début du XXème siècle

C’est à Napoléon Bonaparte que l’on doit le fait de circuler obligatoirement sur la partie droite de la chaussée dans la capitale, en 1804. Presque 50 ans plus tard, en 1851, l’ensemble du réseau français est sous la supervision de la police du roulage et des messageries publiques. Il faudra attendre 1893 pour voir apparaître les premières autorisations de conduire un engin à moteur sur Paris ainsi que dans le département de la Seine. Quelques années plus tard, en 1899, c’est la toute première fois que la vitesse des véhicules à moteur dans la campagne est limitée à 30 km/h, dans le but de ne pas effrayer les chevaux.

Depuis les premières réglementations jusqu’au Code de la Route

Suite à ces premières règles de limitation de vitesse, on voit apparaître les premiers panneaux de signalisation mais aussi le principe d’immatriculation des voiture. A partir de 1901, chaque automobile se déplaçant à plus de 30 km/h doit afficher une numérotation. C’est aussi à cette période que les premiers panneaux de signalisation apparaissent à Paris ainsi qu’à Trouville-sur-Mer. Une première commission est constituée dès 1909 avec pour but de mener un projet instaurant des règles de circulation pour tous les véhicules à moteur. Son travail est interrompu en raison de la Première Guerre Mondiale, mais se poursuit ensuite pour aboutir à la promulgation par décret du Code de la route : le 27 mai 1921.

L’apprentissage de la conduite officialisé

C’est en 1917 déjà que les toutes premières auto-écoles voient le jour. Une poignée d’années plus tard, le certificat de conduite est officiellement remplacé par le permis de conduire de couleur rose. En 1954, la vitesse des motocyclettes et des automobiles est limitée en ville, à 60 km/h. Si les auto-écoles existent depuis 1917, il faudra attendre 1958 pour voir le tout premier diplôme d’enseignant de la conduite. C’est au cours de cette même année que le Code de la Route tel que nous le connaissons actuellement est créé par ordonnance.

Renforcement progressif des règles de sécurité et de la prévention routière

Avec l’augmentation progressive des conducteurs sur les routes, les mesures de sécurité routière se multiplient en parallèle. Ainsi, l’alcootest entre officiellement en vigueur dès 1965 ; 8 années plus tard, le casque devient obligatoire pour les motards ainsi que le port de la ceinture de sécurité dans les véhicules (à l’avant). La limitation de vitesse est définie dès 1974 avec 130 km/h maximum sur l’autoroute, 110 km/h et 90km/h sur le reste du réseau routier. La conduite accompagnée est expérimentée dès 1984 et devient obligatoire à partir de 1989. Le permis connait sa grande évolution en date du 1er juillet 1992, date officielle de l’entrée en vigueur du permis à point. En parallèle, le Code de la Route continue d’évoluer afin de lutter contre la mortalité sur les routes et afin de s’adapter à notre mode de vie.